Un blog économique et littéraire

Proustonomiste [pʁustɔnɔmist], subst. : économiste spécialiste des retombées et de l’influence de La Recherche du temps perdu ; plus rar. lecteur de Proust  travaillant à Bercy.

Crane avec livres sur Proust
Nicolas Ragonneau, Vanité proustienne, 2019.

Proustonomics prend acte d’un Proust mondialisé (Babel Proust) et dont l’héritage, loin de faiblir, ne cesse d’étendre ses ramifications innombrables. Pas un mois ne s’écoule sans qu’un livre ne paraisse, sans que le mythe littéraire ne s’épaississe et cette expansion va s’amplifier au fur et à mesure qu’on se rapproche du centenaire de la mort de l’écrivain. L’actualité proustienne n’est plus seulement littéraire, elle est aussi économique. Une activité peu fréquentée jusqu’ici et qui répond à la question iconoclaste : « Qu’est-ce que Proust vous rapporte ? ».

Lecteur de soi-même

La Recherche est un des rares livres que ses lecteurs font leur immédiatement, ils se l’approprient par un mécanisme d’hypnose unique. Avant Marcel Proust, le roman n’était qu’un miroir promené le long du chemin ; après lui, c’est un miroir dont le tain a été affaibli, que l’écrivain nous tend : on y voit son propre reflet, mais aussi, en surimpression, le visage de l’auteur et tout ce qui l’entoure. Ainsi, chaque lecteur devient-il le propre « lecteur de soi-même ».
Ce site ne vise pas l’exhaustivité dans sa documentation de l’économie et de l’influence de la Recherche, actuelle ou passée. Un tel travail est impossible, et encore moins pour un auteur unique. Ce site est une exploration des traces (visibles ou pas) ou des signaux (faibles ou forts) de la Recherche, de l’économie des biens culturels, de l’économie de l’attention. C’est un site sur le soft power proustien, un site sur le pouvoir de la littérature, sur le pouvoir de la lecture, sur le pouvoir des livres. Mais c’est aussi un site littéraire, un site joueur, avec ses pastiches, ses calembours, ses provocations potaches. Un site de rencontres enfin, proposant des entretiens avec des femmes et des hommes d’affaires. Des affaires proustiennes.

Nicolas Ragonneau