Le Proustographe, à paraître le 15 septembre chez Denoël

Published by Nicolas Ragonneau on

Ma rentrée sera peu scolaire mais studieuse. Outre Proustonomics, cent ans avec Marcel Proust, je publie Le Proustographe chez Denoël, une véritable encyclopédie visuelle sur Proust, la Recherche et l’ensemble de son œuvre, qui présente près de 100 infographies étonnantes, superbement réalisées par le graphiste et directeur artistique Nicolas Beaujouan. Le tout préfacé par Thierry Laget.

Peu ou Proust ? Avec deux livres à l’automne 2021, ce sera plutôt Proust avec Le Proustographe, à paraître chez Denoël le 15 septembre 2021.
L’image de couverture reproduite ici ne donne qu’une impression imparfaite de ce que sera le résultat final : l’ouvrage est en effet imprimé en deux tons directs, or et noir, cette dernière couleur ne pouvant pas être visuellement rendue en PDF ou en JPG. Découpé en trois parties distinctes (la première biographique, la deuxième sur la Recherche et la dernière sur la postérité de l’œuvre), le Proustographe s’appuie sur cent ans de recherches proustiennes et d’innombrables données transformées en graphiques, frises chronologiques, courbes, cartes et plans. Grâce à la datavisualisation, l’ouvrage répond en un coup d’œil à des questions qui nécessitent habituellement une lourde documentation. Il s’agit d’une entreprise de synthèse et de figuration inédite, qui fait de ce livre une véritable encyclopédie visuelle, unique en son genre. 

Mesurer « un phénomène d’ampleur cosmique »

Une part importante du Proustographe est consacrée à la lexicométrie proustienne, c’est-à-dire à l’étude quantitative du lexique de la Recherche à l’aide de méthodes statistiques récentes et peu connues. Dit ainsi, cela peut paraître austère et sec, mais les infographies permettent au contraire de comprendre facilement, et de façon magistrale, pourquoi le style de Proust est si particulier et unique. Le pionnier de la lexicométrie n’est autre que George Kingsley Zipf, un linguiste américain qui est entré dans l’histoire en étudiant la fréquence des mots dans l’Ulysse de Joyce, formulant en 1935 la loi de Zipf, devenue fameuse dans le domaine des mathématiques et des sciences sociales.
Le Proustographe qui est, comme le dit Thierry Laget dans sa préface, un instrument pour mesurer « […] la Recherche du temps perdu […] un phénomène d’ampleur cosmique, un prodige de la classe des aurores boréales, des passages de comètes, des éclipses […] » est brillamment mis en pages par Nicolas Beaujouan, spécialiste de la pop culture, directeur artistique et éditeur chez 404 Comics.

Double page extraite du Proustographe. DR
  • Le Proustographe, textes de Nicolas Ragonneau, mise en images par Nicolas Beaujouan. Préface de Thierry Laget. 192 pages, relié, cartonné, tranchefile. 23 €. À paraître aux éditions Denoël le 15 septembre 2021. 
  • Je présenterai Le Proustographe et Proustonomics, cent ans avec Marcel Proust le 14 septembre à l’hôtel Swann.
Categories: Proustiana

0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la lettre d'information

Surinformé comme Marcel ? ne manquez aucun article du site en vous inscrivant ici.

Merci. Vous recevrez désormais notre lettre d'information.

Pin It on Pinterest

Share This