Une photo inédite de Marcel Proust sur la plage de Trouville

Published by Nicolas Ragonneau on

Marcel Proust sur la plage de Trouville. Collection Mike Lebas

Les photos de Marcel Proust ne sont pas très nombreuses, alors la découverte de Mike Lebas, arrière petit-neveu d’Horace Finaly (un des grands amis de l’écrivain) va mettre la proustophère en ébullition. Le descendant d’Horace Finaly nous autorise à reproduire cette image inédite qu’il a trouvée il y a dix jours, par hasard, entre deux pages collées d’un numéro de la revue Le Banquet.

Mike Lebas possède une édition intégrale de la revue Le Banquet superbement reliée et particulièrement chère à ses yeux puisqu’elle contient une contribution de son aïeul, Horace Finaly, sous le pseudonyme de Perdican. Il s’agit de « Pastiches sentimentaux », publiés immédiatement après un texte de Marcel Proust dans le numéro de mai 1892. Le Banquet est l’une des revues (8 numéros de mars 1892 à février 1893) créées par Proust et ses amis de Condorcet Fernand Gregh, Robert Dreyfus, Daniel Halévy, Jacques Bizet, Jacques Baignères, etc., auxquels se joignent Léon Blum et Henri Barbusse. Et c’est justement dans ce numéro de mai 1892 que Mike a remarqué deux pages collées dans le texte de Louis de la Salle « Le Dieu de l’Étang ». Avec une infinie précaution il a descellé ces deux pages en s’aidant d’un coupe-papier et quelle ne fut pas sa surprise de découvrir une photographie de Marcel Proust sur la plage de Trouville. Sur l’image, on retrouve l’allure un peu dépenaillée de l’écrivain dans des habits qui semblent trop grands pour lui, par exemple celle de la photo où il se trouve sur le quai de la gare de Dives et à laquelle Jean-Paul Henriet consacre une longue étude dans le dernier bulletin de la SAMP. « On peut certifier qu’il s’agit de Marcel Proust et qu’il s’agit bien de Trouville, car un envoi autographe d’Horace Finaly au dos de l’image le confirme » me dit Mike Lebas. Si le photographe est possiblement Finaly, on ne peut pas en dire davantage pour le moment car Jean-Yves Tadié prépare un article sur le sujet dans le prochain Bulletin Marcel Proust, à paraître fin 2022, et pour lequel Mike lui a accordé l’exclusivité. « Idéalement, il aurait fallu », affirme Jean-Yves Tadié, « inclure ce document dans les Lettres à Horace Finaly dont j’ai préparé l’édition avec Thierry Laget, Jacques Letertre et Mike Lebas, à paraître en juin, mais il était hélas trop tard car nous devions partir à l’impression. Antoine Gallimard a décidé de tester un nouvel imprimeur à Zanzibar, ce qui a considérablement réduit le planning de fabrication ».

Une tête alourdie par les idées qui se pressent comme des flots ?

Comme sur les images de Proust à Condorcet et à la gare de Dives, la tête de Marcel penche pas à gauche (droite caméra), selon un angle très proche de la photo de Dives. De quoi relancer le débat sur les inclinaisons politiques du jeune Marcel, quelques années avant l’affaire Dreyfus. Mais il est amusant de constater qu’à chaque fois que Marcel Proust se trouve photographié non loin d’Horace Finaly, sa tête penche sur le côté comme s’il préparait une blague, ou comme le hibou auquel le Narrateur se compare dans À la recherche du temps perdu.

Categories: Proustiana

13 Comments

jean-paul · 1 avril 2022 at 8 h 27 min

Une découverte ! Il y a effectivement peu de clichés de Marcel Proust et une apparition fugitive filmée à l’occasion d’un mariage .
Texte : « la tête de Marcel penche pas à gauche (droite caméra) »
Je pense qu’il faut écrire : « la tête de Marcel penche vers son épaule gauche ».
En déduire une orientation politique me semble pour le moins incongru :-))

    Jean-Christophe Antoine · 1 avril 2022 at 9 h 23 min

    Pour le film, ce n’est pas Proust, voir sur ce site même l’article https://proustonomics.com/?s=la+madeleine+sans+proust .
    Pour la photographie attendre un peu 😉 .

      Marcelita Swann · 2 avril 2022 at 16 h 22 min

      THURSDAY, MAY 19, 2022 AT 6:30 PM UTC+02
      Organisée par l’association ParisZ’Est, Conférence « La Madeleine sans Proust »
      Collège Pilâtre de Rozier, 11 rue Bouvier, 75011.

      Organisée par l’association ParisZ’Est, Conférence « La Madeleine sans Proust »

      Event by Jean-Christophe Antoine and FANS DE MARCEL PROUST

      Collège Pilâtre de Rozier, 11 rue Bouvier, 75011.

      Voir
      https://www.pariszest.com/
      « La Madeleine sans Proust »
      Un mariage mondain à la Belle Époque :
      Élaine Greffulhe et Armand de Gramont
      Conférence de Jean-Christophe Antoine
      L’approche, fondée sur les sources publiques et les archives privées et incluant beaucoup d’iconographie projetée, décortiquera les rites nuptiaux de la haute aristocratie de la Belle Époque et, au passage, tranchera une controverse sur l’apparition ou non de Proust dans le petit film sur le cortège à la sortie de l’église, en 1904.
      Entrée libre.
      Participation aux frais : adhérents ParisZ’Est : gratuit ; non-adhérents : 5 euros

      https://www.facebook.com/events/1600268680311030?ref=newsfeed

Benoît P · 1 avril 2022 at 8 h 44 min

Un poisson d’avril, je suppose ?

Dub · 1 avril 2022 at 8 h 44 min

Beau poisson hihihi bravooo

    sylvie achouline · 2 avril 2022 at 13 h 12 min

    On ne reconnaît absolument pas Marcel Proust, ce n’est sûrement pas lui.

Otto Mobil · 1 avril 2022 at 8 h 49 min

Oui cette remarque politique ‑trop dans l’air du temps- est déplacée, mais cette photo est une révélation ! C’est difficile de ne pas être sûr d’y voir le jeune Marcel ! Pour cela un immense merci à Proustonomics.

jean-paul · 1 avril 2022 at 8 h 49 min

Une ressemblance dans l’attitude avec cette photo prise à Cabourg :
https://actu.fr/normandie/cabourg_14117/la-seule-photographie-de-marcel-proust-a-cabourg-le-mystere-s-eclaircit-enfin_44213949.html
Jean-Paul
Traducteur littéraire

    Otto Mobil · 1 avril 2022 at 9 h 02 min

    Alors 1891 également ?

René · 1 avril 2022 at 10 h 54 min

Poisson d’avril sur une plage à Trouville …

Leprince Pierre-Yves · 1 avril 2022 at 12 h 35 min

De cette photographie, ce qui surprend avant tout – « à mon sens », comme eût dit Albertine – est ce choix de faire poser une personne devant un paysage horizontal presque totalement vide, comme une volonté de mettre en scène un personnage étrange, un peu pathétique et déglingué, Marcel Proust sans doute, peut-être un autre. Sorte de préfiguration du frère de tous les solitaires désemparés que sera bientôt le Charlot de Charlie Chaplin, qui attendrit, serre le coeur et l’ouvre en même temps – et il y a bien quelque chose de cela chez le futur Narrateur de la « Recherche »…

charvet Hubert · 1 avril 2022 at 16 h 15 min

petite précision, Horace Finaly (1871−1945) n’a pas été l’un des fondateurs de la banque de Paris et des Pays Bas crée en 1872, mais l’un de ses grands directeurs dès 1908.

Einzweidrei · 1 avril 2022 at 17 h 03 min

Gallimard à Zanzibar ? Un scoop peut en révéler une autre…

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à la lettre d'information

Surinformé comme Marcel ? ne manquez aucun article du site en vous inscrivant ici.

Merci. Vous recevrez désormais notre lettre d'information.

Pin It on Pinterest

Share This