Entretien avec Mike Lebas et Michel Tréhet

Published by Nicolas Ragonneau on

La Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray a lancé, à la fin de l’année 2020, un concours de design graphique en vue de refondre son logo, mais également la ligne graphique de son Bulletin et des futures publications de l’association. Deux amis trouvillais, Mike Lebas, ancien directeur artistique et directeur adjoint des programmes de M6 (mais aussi petit-neveu d’Horace Finaly, une des meilleurs amis de Proust !) et Michel Tréhet, directeur artistique, peintre et photographe, ont remporté, à l’issue d’une compétition très serrée, le concours pour la partie logo. Tout un symbole quand on sait le goût de Proust pour Trouville. Nous présentons par ailleurs leur dossier initial et la proposition finale après modifications.

Mike et Michel : vous n’échapperez pas à la question rituelle. Quelle a été votre expérience de lecteur de la Recherche ?
Michel : insolite peut-être, mais en audio par Jean-Louis Trintignant, lors de mes nombreux voyages parisiens en voiture, ou sur la plage en marchant. J’aime cette idée différente de lecture, où en écoutant, je fais travailler mon imaginaire qui compose des images. Parfois, je réécoute un passage et je le ressens différemment

Mike : partielle, irrégulière et troublante. Mais j’ai des excuses… En fait, je lis presque autant sur Marcel Proust que son œuvre elle-même.

Justement Mike, quelle lecture de la Recherche fait-on quand des membres de votre famille sont si intimement mêlés à l’histoire de l’auteur et à celle du roman ?
Mike : Ayant effectué de nombreuses recherches sur ma famille depuis une quinzaine d’années, j’ai une grande difficulté à prendre du recul. Sachant que tel ou tel personnage de la Recherche a été en partie inspiré par un des membres de ma famille, je ne peux m’empêcher de me poser en permanence la question : « étaient-ils(elles) réellement comme cela ? Cela leur ressemble-t-il vraiment ? » Comme on sait que les personnages du roman sont souvent inspirés par plusieurs personnes croisées dans sa vie, il n’y a évidemment pas de réponses probantes et cela rajoute à l’incertitude. Le trouble vient de la grande ressemblance entre la situation sociale, professionnelle, patrimoniale de certains personnages du roman et celle de certains de mes ancêtres avec parfois un niveau de détail qui interpelle. Quand on lit sous la plume des meilleurs experts que Nissim Bernard est inspiré par Horace de Landau, mon arrière-grand-oncle, qu’Albert Bloch est inspiré par Horace Finaly, mon grand-oncle et qu’Albertine est inspiré par Mary Finaly, ma grande tante, avouez que c’est difficile de ne pas se poser des questions quasiment à chaque page. On sait que plusieurs anecdotes, situations ou répliques dans la vie réelle de ma famille ont été reprises dans le roman. Cela ajoute au sentiment de proximité entre la réalité et la fiction. Mais impossible de faire le tri.

Et vous, Michel, qu’est-ce qu’un peintre, un photographe, en un mot un plasticien, retient de la Recherche ?
Michel : Chaque mot, chaque phrase m’inspire des images, des lieux, des odeurs, des atmosphères, des émotions, des souvenirs. Cette relation entre l’écriture littéraire et l’écriture photographique me passionne. La Recherche !
Quelle image transmet le mieux ce mot, cette phrase, cette histoire ?

Aviez-vous déjà travaillé ensemble à des projets graphiques ?
Mike : Non, et c’était une opportunité idéale pour une première. Nous avons travaillé dans la publicité dans les années 70 et 80. Nous cherchons donc à donner du sens à ce que nous faisons. Au-delà de son talent, Michel est très exigeant dans l’exécution de ses créations. Nous sommes un peu perfectionnistes tous les deux. Les échanges sont riches, transparents, respectueux et approfondis. La réflexion est commune et il est le créatif, comme dans une agence. Une interaction permanente entre la réflexion et l’exécution.

En griffonnant quelques mots sur un papier déjà chargé en messages, chiffres, numéros de téléphone, listings, une approche était en train de se dessiner. Avec Mike, la complicité de deux publicitaires s’est tout de suite enclenchée, tel un brainstorming des années 80, l’idée était sur le papier.

Michel Tréhet

Le cahier des charges pour le concours de logo de la SAMP était très détaillé. Quels sont les pièges à éviter quand on se met à travailler sur la refonte d’un logo pour une telle institution ?
Mike : Le piège le plus flagrant est de rester dans une sorte de conformisme, écrasé par l’immensité de l’œuvre et du personnage alors que le vrai challenge motivant était de trouver un logo « contemporain ». Nous nous sommes vraiment posé la question en ces termes : qu’est-ce qu’un logo Marcel Proust en 2021 ? Au début un peu angoissant et puis il faut rester toujours au plus près du sujet et rechercher une évidence. En l’espèce, c’est sa propre écriture qui s’est imposée dans le registre de l’évidence.

Michel : j’ai réalisé en tant que graphiste, plusieurs centaines de logos. C’est un exercice que je maîtrise mais toujours avec l’incertitude du résultat.
Tout de suite, j’ai fait une représentation du portrait de Marcel Proust très logotisé. Je n’y trouvais pas d’intérêt. C’était efficace, graphique, très logo mais réellement banal. Marcel Proust, c’est beaucoup plus que ça ! Il fallait donc trouver quelque chose de très personnel, plus proche de lui, plus créatif.
En griffonnant quelques mots sur un papier déjà chargé en messages, chiffres, numéros de téléphone, listings, une approche était en train de se dessiner. Avec Mike, la complicité de deux publicitaires s’est tout de suite enclenchée, tel un brainstorming des années 80, l’idée était sur le papier.
Marcel Proust dessine son autoportrait, tel Picasso, Andy Warhol ou Francis Bacon, mais à partir de ses mots, de sa propre écriture.
Bon exercice de recherche. Souvent, je me suis couché tard….

Comment avez-vous travaillé pour parvenir au résultat final ? Quelles furent les différentes étapes de cette création graphique ?
Mike : Tout d’abord, il nous est apparu que le visage de Marcel Proust restait incontournable malgré des milliers de reproductions souvent très laides et déformantes. Il fallait donc proposer une exécution que personne n’avait encore réalisée. En fait, avec le temps, ce visage issu d’une photo est presque devenu un logo. Nous l’avons envisagé comme un autoportrait. En cherchant dans ce registre nous avons repéré un dessin de visage à partir de mots écrits. Je possède plusieurs lettres adressées par l’auteur à ma famille. Le lien devenait évident : il fallait reprendre sa propre écriture, issue de ces lettres, pour dessiner son portrait. Nous avons choisi des mots emblématiques de l’œuvre, des lieux et des personnages mais on pourrait en retenir des centaines d’autres bien sûr. Après nous avons appliqué ce logo sur l’ensemble des supports utilisables, et même…. un tee-shirt, très réussi.

Le résultat montre un Marcel Proust très ressemblant, tandis que le réseau arachnéen des mots et des bribes de phrase lui donne une vibration unique. Est-ce que cette impression de mouvement était voulue ?
Mike : Cette vibration vient de deux éléments selon moi : la disposition générale des mots. Nous avons fait des allers-retours incessants à ce sujet en ajoutant puis en enlevant. Il fallait qu’il reste reconnaissable mais sans surcharger artificiellement. Ensuite, le graphisme de son écriture, très élégante, crée naturellement un halo et le rend incroyablement présent même en petite taille, voir sur Twitter. Objectivement, j’ai été totalement stupéfait par la ressemblance que Michel a su créer. On dirait qu’il nous parle avec ses mots !

Comment le logo se décline-t-il sur l’ensemble de la charte graphique ?
Mike : Un logo est immuable. Il ne doit pas s’adapter au contexte mais doit rester absolument constant. La période de mise en place est fondamentale car son efficacité dépend de la rigueur de son installation sur tous les supports utilisés. Les dérapages sont très rapides (et très fréquents) et affaiblissent très vite l’ impact. Un logo se renforce à chaque apparition car il crée du repérage, de l’accoutumance et de la proximité. S’il ne se « ressemble » pas, il s’étiole et perd de sa force. 

Categories: Entretiens

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la lettre d'information

Surinformé comme Marcel ? ne manquez aucun article du site en vous inscrivant ici.

Merci. Vous recevrez désormais notre lettre d'information.

Pin It on Pinterest

Share This