Proust face à l’énigme Léonard d’Olivier Wickers

Publié par Nicolas Ragonneau le

CRITIQUE EN UNE PHRASE. Proust face à l’énigme Léonard — Une saison au Louvre d’Olivier Wickers (Exils, 2019).

« Léonard avec La Joconde se montre fidèle à son principe énoncé dans son Traité de peinture que « plus c’est loin, plus c’est bleu ». Tout le fond du paysage baigne dans une lumière bleue, surnaturelle — du genre de celle que Proust reverra quand il commencera d’écrire la Recherche la nuit dans sa chambre du boulevard Haussmann qui était tapissée de bleu » écrit Olivier Wickers dans le bel essai qu’il consacre aux deux géants (passage qui fournit au graphiste un brief parfait pour sa couverture malicieuse et seventies), conviant le lecteur à une visite du Louvre au tournant du siècle en compagnie de Marcel Proust, là-même où l’écrivain se rend quotidiennement, où il forme son regard devant les toiles de Vinci, où il cherche sa patrie symbolique (celle de l’Art, celle de la littérature, un pays qui serait tout simplement le projet et l’esthétique du livre à venir), où s’affirme sa « volonté d’élucidation » et l’idée que l’écriture, comme la peinture, est décidément una cosa mentale.


1 commentaire

GOPALBHAI TRIVEDI · 2 décembre 2019 à 4 h 51 min

I have read every book and article written by Proust in English. I donot know French. Kindly post with an option for English translation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la lettre d'information

Surinformé comme Marcel ? ne manquez aucun article du site en vous inscrivant ici.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :