Sur Proust de Walter Benjamin

Publié par Nicolas Ragonneau le

CRITIQUE EN UNE PHRASE. Sur Proust de Walter Benjamin (NOUS, 2015).

Couverture du livre Sur Proust de Walter Benjamin

Ce recueil rassemble l’ensemble des textes que Walter Benjamin, traducteur de Proust en allemand avec son ami Franz Hessel (À l’ombre des jeunes filles en fleurs en 1926 et Du côté de Guermantes en 1930), a consacrés à Marcel Proust, cet « enfant-vieillard », grâce au travail de l’universitaire Robert Kahn (qui signe par ailleurs une excellente préface) ; la vision de Benjamin est unique et profondément originale, et si on ne devait retenir que quelques idées forces, c’est à la lecture d’un  Proust subversif, marxien sinon marxiste, que Benjamin nous invite (« Les dix mille de la haute société constituaient pour lui un clan criminel, une bande de conjurés à laquelle nulle autre ne peut se comparer : la camorra des consommateurs ») mais le plus étonnant est peut-être lorsqu’il suggère qu’on accorde trop d’importance chez Proust à la mémoire, et pas assez à l’oubli : « Et cette œuvre de remémoration spontanée, dans laquelle le souvenir est la trame et l’oubli la chaîne, n’est-elle pas plutôt le contraire du travail de Pénélope que son analogue ? ».


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :