Une jeunesse de Marcel Proust d’Évelyne Bloch-Dano

Publié par Nicolas Ragonneau le

CRITIQUE EN UNE PHRASE. Une jeunesse de Marcel Proust d’Évelyne Bloch-Dano (Stock, 2017 ; Le Livre de Poche, 2019, prix Céleste Albaret 2018).

Couverture de Une Jeunesse de Marcel Proust - Livre de Poche

Il n’existait pas d’étude sérieuse et approfondie sur ce malentendu fondamental au génitif ambigu qui se nomme le Questionnaire de Proust (et qu’on devrait plutôt appeler, au choix, « les confessions du jeune Marcel » ou « Marcel à confesse ») et qui a tant fait pour sa notoriété dans la culture populaire, mais qui n’était qu’une infime partie des albums d’Antoinette Faure rassemblant les nombreuses contributions de ses amis à la fin des années 1880 ; Évelyne Bloch-Dano s’est emparée du sujet et, à l’issue d’une enquête longue et minutieuse, délivre un faux portrait du jeune Marcel Proust en guise de chronique sociale de la bourgeoisie fin de siècle, une chronique à laquelle rien ne manque (sous une couverture superbe), ni le manifeste féministe mais discret des jeunes filles en fleurs, ni l’anglomanie naissante — et qui montre bien, puisque la bourgeoisie et les les élites épousent la langue anglaise sans réserve, que le français perd irrémédiablement son statut de langue mondiale —, ni la documentation des livres à la mode ou de l’éducation, ni même l’esprit de revanche suite à la défaite de 1870, qui présente le ferment indéniable des futures catastrophes européennes (Première et Seconde guerres mondiales).


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la lettre d'information

Surinformé comme Marcel ? ne manquez aucun article du site en vous inscrivant ici.

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :