Selon Montesquieu

Publié par Paul Strocmer le

Pierre-Michel Alix (1762−1817). « Montesquieu, Charles de Secondat, baron de la Brède (1689−1755) ». Gravure. Paris, musée Carnavalet.

Paul Strocmer, comme bon nombre d’entre nous, profite de sa claustration pour ranger et classer ses archives monstrueuses. Et c’est dans ce pandémonium qui lui tient lieu de bureau, au milieu des livres, des thèses, des manuscrits, des partitions de musique, des factures et des relances du Trésor public, qu’il a retrouvé cette lettre persane (et perçante) inédite. Dans cette missive écartée de l’édition finale, Montesquieu prête à Usbek des propos qui déclencheraient aujourd’hui la colère des pasionarias féministes. Mais gardons-nous de juger cette époque en chaussant les lunettes du XXIe siècle et apprécions en silence l’art épistolier du baron.

Lettre CLXII
Usbek, à Ibben
A Smyrne


Tu ne le croirais pas, mon cher Ibben, mais il arrive à Paris une chose bien extraordinaire. Depuis que je suis en cette ville, plus grande même qu’Ispahan, tu as pu lire combien de fois j’ai maudit cette sorte de convulsion qui prend les Parisiens lorsqu’ils mènent leur machine au dehors : ils ne marchent pas, ils courent, ils volent, et c’est à qui se rompra les os le plus vite, comme ces dervis tournant sur eux-mêmes que l’on rencontre parmi ces chiens d’Ottomans. Tu jurerais que leur seule passion est de se coller les uns aux autres, pour vaquer à leurs affaires, se consacrer à leur état ou s’adonner à ces boissons heureusement proscrites par la sagesse de notre grand Hali. Je fus l’autre soir en l’un de ces lieux de perdition, près d’un canal qui porte le nom d’un de leurs saints supposés, et où je fus bien près de me noyer, tout bousculé que j’étais par la foule des buveurs. Et bien, figure- toi que ce même soir, les Médecins et les Apothicaires du jeune souverain, réunis en une solennelle assemblée, donnèrent l’ordre exprès à tout ce peuple de rester chez soi, comme en ces sortes de Mosquées qu’ils appellent cloîtres, et de procéder à bien plus d’ablutions qu’à l’accoutumée. Il est vrai qu’un fléau venu d’Orient sème la désolation : la conversation et les étreintes, qui sont bien les deux choses les plus en faveur parmi ce peuple léger et vain, leur sont devenues les plus ennemies. Le mal frappe surtout leurs anciens, et l’on craint pour l’épouse du jeune roi lui-même : tu le sais, ce n’est pas le moindre prodige en ce Royaume que de voir un souverain si jeune affublé d’une épouse si vieille.
Ainsi les rues se retrouvent-elles tranquilles et silencieuses comme le désert de notre saint Prophète, et les femmes françaises tout proprement comme en notre Sérail, à cela près que ce sont elles qui le gouvernent. Je te laisse juger, mon cher Ibben, du sort qu’elles réservent à leurs époux, si peu accoutumés d’ordinaire à les fréquenter d’aussi près.

De Paris, le premier de la lune de Saphar, 2020.


4 commentaires

Guz · 5 avril 2020 à 9 h 44 min

Merci, et encore BraVo

J’ai bien rigolé et également, J’ai bien noté
« ces chiens d’Ottomans » .…

Bonne Journée et Bonne Continuation

    Nicolas Ragonneau · 5 avril 2020 à 15 h 53 min

    Montesquieu ne prenait pas de gants. Pas comme Voltaire et ses euphémismes permanents…

      Guz · 5 avril 2020 à 16 h 31 min

      C’est exact, , il ne prenait pas de gants, lui .…

Madame Sans-Gêne · 5 avril 2020 à 20 h 28 min

Cher monsieur Strocmer,
je n’ai pas résisté et suis momentanément sortie de ma retraite. Je ne me permettrai pas d’écrire un commentaire sur le commentaire. Juste ceci :
Que de saillies drôlatiques ! Soyez en remercié.
Madame Sans-Gêne.
PROUTE!OLOGUE familiale, experte depuis 3 semaines
Consultations téléproutocompatibles
Paris 4e

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la lettre d'information

Surinformé comme Marcel ? ne manquez aucun article du site en vous inscrivant ici.

Merci. Vous recevrez désormais notre lettre d'information.

%d blogueurs aiment cette page :